Peace, love, united and having fun

Elle a mauvaise réputation. Elle est née à New-York et plus spécialement dans le Bronx. Tout a commencé par la musique, et le hip hop est devenu une culture à part entière (n'en déplaise à certains).

Le hip hop se compose de la musique (le rap), de la danse (le break dance), de l'art graphique (le graffiti), du style vestimentaire, du vocabulaire... et tous ses composants peuvent encore être subdiviser. Vous pouvez très bien détester le rap qu'on entend sur les radios, et tomber sous le charme d'un rap positif, funky, et poétique.

Parce que le hip hop souffre d'une incompréhension, d'un a priori négatif, parce qu'ethnicisé au début, protestataire, contestataire, parlant de sujets que la majorité ne veut pas entendre, je vais essayer de vous faire aimer le rap ("challenge accepted !"), ou vous faire découvrir des facettes ou des groupes que vous ne connaissez pas. Je ne parlerai pas des groupes commerciaux (même si ce terme veut tout dire et rien dire en même temps), des groupes qui ont faire du rap une caricature et qui l'ont éloigné de ses racines. Pas de rap bling bling, avec filles en bikini (nan les mecs revenez \o/ ), de voitures / champagne / liasses de billets ou de mecs dont le seul titre de gloire sont les abdominaux (nan les filles revenez \o/). Je parlerai du rap que j'aime : engagé, positif, dansant.

Ce sera non-exhaustif, approximatif parfois, plein de vidéos... mais ce sera à vous de découvrir le reste en fonction de vos goûts, et n'hésitez pas à me faire part de vos groupes favoris, ou de me pousser à rajouter un groupe qui devrait avoir sa place dans les articles ! Et si vous êtes sages, je mettrai une playlist deezer, histoire de mettre un peu plus de groupes !

Alors, mettez votre casque sur les oreilles, et attendez la fin avant de le détester !

MAJ : d'ailleurs, sages ou pas, voici ma playlist Hip Hop sur Ubster.

# Episode 1 : Peace, love, united and having fun (vous êtes ici)
# Episode 2 : Le hip hop : au début, il y a eu le commencement
# Episode 3 : Le rap engagé, voire enragé
# Episode 4 : le rap festif, positif et alternatif

diaspora*
Retour maison